La paix, la joie et la liberté
résident ici en moi
maintenant

MON CHEMIN: DE LA TÊTE AU CORPS

En 1987 j’arrive sur terre, je passe mon enfance et adolescence à Chimay, dans les Ardennes belges. Aujourd’hui je vis à Liège, cité ardente et accueillante dans laquelle je me sens “à la maison”.

Pour résumer ces 28 années de vie je dirais qu’elles furent un passage… • de victime à créatrice consciente • des pensées aux sensations physiques (de la tête au corps) • de l’égocentrisme à la Conscience, témoin silencieux et bienveillant de tout ce qui est • de la souffrance à la paix véritable, profonde, permanente

LA PETITE PASSIONNÉE

J’étais un enfant calme, joyeux et sans problèmes. J’aimais observer les adultes, je choisissais souvent de rester à table avec mes parents lors de soirées entre amis plutôt que de jouer avec les enfants. Je trouvais une jubilation immense à les observer. Je les étudiais. Chaque mouvement, regard, leurs manières de s’exprimer ou de rester en silence, tout ce que leurs corps disaient et tout ce que leurs mots essayaient de cacher… Ma passion pour l’humain, son fonctionnement, ses ressentis, sa manière d’entrer en relation, d’exister dans son corps s’est développée très tôt…

RENCONTRE AVEC DIEU

A 11 ans j’ai rencontré dieu. J’ai cru qu’on me demandait déjà de prendre la porte de sortie, j’ai eu peur puis j’ai eu bon. Les médecins autour s’affairaient, il y avait beaucoup de bruit à l’extérieur, de stress. Mon corps étaient inerte, je l’avais déjà rendu. Moi, à ce moment là, j’étais ailleurs. Pas tout à fait. J’étais là mais à un autre niveau, peut-être dans une réalité parallèle, je ne sais pas. Je voyais, j’entendais la scène comme derrière une vitre, dans un brouillard lumineux. Ce qui remplissait mon attention, ce que je ressentais était ce que j’appelle dieu, c’est un fait, un état, une couleur, un goût de vastitude et de confiance sans fin. Je n’ai rien compris. J’ai juste senti. Puis je suis revenue dans la pièce, pleinement. Je ne suis pas morte à 11 ans.

LA RÉVOLTE

Ma perception de la vie humaine a été bouleversée à 15 ans lorsque j’ai vécu 3 mois en Équateur. Au retour de ce voyage j’ai voulu acheter un bic et quand j’ai réalisé qu’il coûtait plus cher que le salaire mensuel de certains humains j’ai eu envie de vomir le monde. J’ai senti la révolte bouillir dans mon ventre pour la première fois avec une telle intensité. C’est le jour où j’ai décidé que je ne vivrais pas dans un monde si injuste et violent sans tout faire pour essayer de le changer. C’est le jour où j’ai commencé à changer le monde consciemment.

PARTIR LOIN

Ce premier voyage a aussi éveillé en moi la passion du voyage. J’ai senti la force transformatrice naissant de l’action de quitter le connu pour plonger dans l’inconnu, le nouveau, la différence. J’ai beaucoup voyagé depuis, j’ai aussi vécu au Brésil, pays qui s’est ancré dans mon coeur. Voyager m’a permis d’apprendre d’autres langues (espagnol, anglais, portugais). Chaque langue est pour moi une expérience sensorielle en soi qui teinte le quotidien d’une façon unique. Les mots, les sons, les tonalités, les expressions, le vocabulaire des divers langages de cette terre me passionnent car ils sont le reflet de la diversité des cultures, des réalités humaines.

L’ACTION JUSTE

Ensuite j’ai cherché l’action juste. J’ai fait des études universitaires en langues et littératures anglaises et espagnoles, j’ai beaucoup appris mais je restais sur ma faim de compréhension de l’humain. J’ai découvert la méditation Vipassana, ce fût une révélation, tant au niveau théorique que pratique. Cette méditation s’est installée dans mon quotidien et ne l’a jamais quitté. J’ai découvert la non-dualité et la Communication Non-Violente qui ont aussi changé ma façon de vivre au quotidien. Tout cela était très riche mais je sentais qu’il manquait toujours une pièce importante au puzzle…

RENCONTRE AVEC MON CORPS

Tout s’est clarifié au cours de ma formation en Relation d’Aide par le Toucher. Ce qui me manquait ? Le lien entre la compréhension intellectuelle du fonctionnement humain ET le ressenti, le retour à l’intelligence du corps. Cette formation m’a appris à écouter, respecter et suivre les messages de mon corps, au présent. Elle m’a accompagnée dans le retour, en douceur, à une relation bienveillante envers ce temple dans lequel je vis, tout le temps ! Elle m’a enseigné, à travers un grand nombre d’outils et de pratiques infiniment riches, efficaces et directes, l’écoute véritable de l’autre, essentielle afin d’être capable de l’accompagner dans son vécu tout en le rendant responsable de lui-même et non dépendant du thérapeute. Cette formation m’a transformée, j’étais enfin de retour « à la maison », à ma juste place.

DANSER

Et puis il y a eu LA rencontre du mouvement libre. J’ai très vite senti et compris que cette pratique réunissait toutes mes passions, elle touche à toutes les dimensions de l’être, elle impose le respect et l’écoute de notre propre rythme et surtout elle rend indépendant, elle enseigne, mouvement après mouvement, à redevenir maître de soi, tout en douceur. Il s’agissait pour moi d’un mélange de méditation Vipassana / non-dualité / CNV / thérapie psycho-corporelle, le tout expérimenté dans la joie et le jeu de la danse, accompagné de musique (je vénère les musiques/sons/voix/rythmes du monde, de quasiment tous les styles).

Ma sensation d’être vraiment à ma place s’est encore approfondie. Chaque jour, chaque expérience, rencontre, mouvement précise et ajoute du délice à ce chemin qui se trace avec clarté devant moi. Je remercie infiniment, tout le temps, pour cette expérience humaine et je me sens toujours plus curieuse, admirative de l’intelligence, la beauté, la complexité et la bienveillance de ce qui nous donne vie, maintenant.